Body Counts: War Losses and Casualties

Si la guerre est un jeu à somme nulle selon Clausewitz puisque « la victoire de l’un anéantit celle de l’autre », elle « n’est ni modérée, ni philanthropique ». L’activité militaire laisse en effet dans son sillage des morts et des blessés en masse. Victimes collatérales ou tombés les armes à la main, soldats d’armées régulières ou combattants irréguliers, tués/blessés à la guerre ou dans le cadre d’activités militaires, les morts sont souvent innombrables et leurs empreintes matérielles comme immatérielles s’imposent aux survivants. Or les morts et la mort -en tant que fait social- représentent encore à bien des regards un point aveugle des recherches menées sur la guerre.

S’appuyant sur un atelier préliminaire tenu à Vincennes les 17 et 18 octobre 2019 et coorganisé par l’équipe d’Anthropologie médico-légale de l’UMR ADES (Aix-Marseille Université) et le Service Historique de la Défense, le projet de recherche auquel ce carnet est adossé rassemble ainsi un groupe interdisciplinaire et international de chercheurs académiques de diverses disciplines (histoire, archéologie, anthropologie sociale ou biologique, sociologie, droit, médecine, science des archives, philosophie …) intéressé à mieux comprendre les pertes de guerre. Au delà du seul contexte européen contemporain, il s’agit de montrer comment la problématique des pertes humaines engendrées par la guerre résonne à l’échelle mondiale – en particulier en contexte impérial et colonial- à partir du XVIIIe siècle.

Au delà de la seule question de la mesure des pertes de guerre, ce carnet de recherche souhaite ainsi aborder leur gestion et leur qualification, tout autant que les enjeux qui entourent leur prévention. Il propose d’ouvrir sur des questions aussi diverses que celles de la stratégie et des doctrines militaires visant à les contenir ou les maximiser, de la conduite de la guerre et des opérations, des normes et références morales, religieuses, éthiques ou légales les concernant, des souffrances physiques et psychologiques induites, et plus largement celle de la mort des combattants et ses prolongements mémoriels et patrimoniaux.

Losses and casualties in wartime play a central role in how wars are evaluated, whether militarily, economically, legally, or by the public.  So-called body counts, first used publicly during the US Vietnam War, for example, highlight how casualties and their identification are crucial political as well as military concerns.  At the same time, the details and techniques of how losses in wartime are evaluated – through forensic science or legal accounting – are by no means obvious methods for assessing the brutality, legality, or success of wars. 

This project brings together scholars from a range of disciplines in order to examine the history and methods of identifying casualties and losses in war.  Historians of medicine and war, forensic scientists, socio-legal scholars, and military and political analysts provide an interdisciplinary and trans-national approach to what in French is called les pertes – referring both to losses and to losing in war, and encompassing both civilian and military casualties.  The time frame is 1650 to the present day, focusing on the development of so-called modern methods of military accounting and international law, as well as military medicine, humanitarianism, and newspaper/media reporting of warfare.  While the project focuses on historical developments in Europe (including Britain), this is to showcase how such Western developments (statistics, international law, forensic science) were implemented globally from the eighteenth century onwards.  A key part of the project is highlighting the nature of archival evidence in such research, partnering with the UK’s National Archives, France’s Service Historique de la Défense, and the Archives of the International Committee of the Red Cross (Geneva). 

The project was launched in 2019 with a workshop organized by UMR 7268 – ADES of Aix-Marseille University (Anthropology – Law – Medicine and Health), the Sciences Po Aix research centre CHERPA, the University of Oxford, and France’s Service Historique de la Défense.